Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 18:40
Rythmes scolaires : ce n'est pas la réforme dont l'école a besoin

Notre projet, c’est plus d’école pour les enfants, car nous savons qu’ils sont tous capables, pour peu qu’on leur en donne les moyens. Pour nous, les enjeux principaux d’une nécessaire refondation de l’école seraient la lutte contre l’échec scolaire, contre l’exclusion scolaire et contre les inégalités sociales à l’école.

La réforme Darcos de 2008 réduisant le temps d’enseignement en supprimant trois heures de cours du samedi matin en primaire a été un très mauvais coup porté à l’enseignement scolaire. Nous y étions déjà opposés. Les critiques à apporter à cette réforme du précédent gouvernement, notamment en terme de rythmes scolaires parce qu’elle a densifiée les enseignements sont réels. Mais l’actuelle réforme des rythmes scolaires ne répond pas à cette problématique ; Au contraire, elle entérine et pérennise la réduction du temps scolaire et le passage de la semaine de 27h à la semaine de 24h. Des heures d’animations en plus ne compensent pas des heures d’écoles en moins.

Mais surtout, la réforme des rythmes scolaires prend le problème à l’envers. Ce qui fatigue, c’est d’abord l’échec scolaire. Il faut lutter contre l’échec scolaire pour diminuer la fatigue des enfants ; et non tenter en vain de diminuer la fatigue des enfants pour résoudre l’échec scolaire ! Un enfant en situation de réussite scolaire, bénéficiant d’un fort soutien familial sera en mesure de suivre une journée d’école, de continuer par un cours au conservatoire et il lui restera peut-être même encore l’énergie pour lire seul une histoire dans son lit avant d’aller dormir. Tandis qu’un enfant en situation d’échec scolaire risque fort de ne plus être en capacité d’avoir la moindre activité intellectuelle à l’issue de son éprouvante journée de classe. En faisant un parallèle avec le sport, à l’entraînement, l’élève le moins sportif se fatiguera plus vite. Ce n’est pas en lui demandant de s’entraîner moins et de se reposer plus qu’on lui permettra de s’améliorer et de rattraper le plus sportif !

Au-delà, la réforme des rythmes scolaires veut favoriser la création d’activités périscolaires à la charge des communes. Nous y sommes opposés pour de multiples raisons :

  • Nous croyons que l’apprentissage, y compris artistique, culturel, musical, sportif doit se faire à l’intérieur de l’école, sous la supervision des enseignants. Des animateurs peuvent y apporter leur concours, mais l’apport pédagogique de l’enseignant est primordial.
  • Sans financement adéquat de l’état, cette réforme sera fortement génératrice d’inégalité entre les communes riches et les communes pauvres, les petites communes et les grandes, entre les communes déjà fortement impliquée dans une politique culturelle, sportive, artistique et les autres. Oui, avec son conservatoire, ses centres de loisirs, ses gymnases, son théâtre, ses bibliothèques … notre ville a les moyens matériels sinon financiers d’offrir des activités enrichissantes à ses enfants. En est-il de même dans toutes les communes et notamment les plus petites, les plus rurales ?

Pour notre ville, le financement d’une telle réforme serait entre 700 000 et 1 000 000 d’€, soit deux à trois points de fiscalités supplémentaires. Dans le contexte actuel d’austérité, traduit par une réduction des dotations de l’état aux communes, et de baisse du pouvoir d’achat des habitants qui rend impossible toute augmentation des impôts locaux, le financement d’une telle réforme ne pourrait se faire qu’en rognant sur les nombreux et très utiles services que nous rendons aux choisyens. Nous ne le souhaitons pas !

C’est pourquoi nous sommes opposés à cette réforme. Notre choix de cœur serait « Ni en 2013, ni en 2014, ni jamais ». Nous ne sommes d’ailleurs pas certains d’être matériellement et financièrement en capacité de réaliser ce que la loi pourrait nous imposer.

Aussi nous demandons l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires ou tout au moins sa suspension, et l’engagement d’une véritable réforme sur la refondation de l’école. Car le statu quo et le retour à la réforme Darcos serait tout aussi dommageable. Il faut que le gouvernement revienne à la table des négociations et reprenne le projet à zéro.

Il faut une loi de refondation de l’école qui ne prenne pas le problème pas le petit bout de la lorgnette, les rythmes, mais qui prenne à bras le corps les questions de l’exclusion scolaire, de l’échec scolaire, des inégalités sociales. Pour ce faire, il faut d’abord parler des contenus, programmes, méthodes d’enseignements. Il faut revenir sur les destructions de postes du précédent gouvernement et notamment des Raseds, redonner aux enseignants une formation de qualité, en finir avec une réforme de la carte scolaire qui a favoriser les écoles guettos …

Repost 0
Published by Elus communistes et partenaires - dans Luttes
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 17:47
Laurent Ziegelmeyer,délégué syndical CGT de Sanofi Vitry, et également conseiller municipal PG de Choisy-le-Roi fait le point sur le rapport de Bercy concernant Sanofi et ses complicités avec la direction, contre l'intérêt des salariés.
Repost 0
Published by Laurent Ziegelmeyer, conseiller municipal délégué à la démocratie participative - dans Luttes
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:51

5maichoisy.jpg

Dimanche 5 mai, rdv à 13h devant la Gare de Choisy pour un départ collectif pour participer à la marche citoyenne pour la VIe République ! 

Contre la finance et l’austérité, marche citoyenne pour la 6ème République

La lamentable affaire Cahuzac n’est pas seulement la faillite d’un homme. C’est celle de la Cinquième République et des politiques entièrement soumises au règne de la finance.

Alors que le pays s’enfonce dans la crise, il est urgent de rompre avec les politiques d'austérité en France comme en Europe, d’en finir avec le dogme de la réduction des dépenses publiques qui appauvrit les peuples et la domination des actionnaires qui licencient pour accroître leurs profits. Il faut donner la priorité à l’emploi, aux services publics et au partage des richesses pour répondre aux besoins sociaux et environnementaux.

Il est urgent d’en finir avec ces institutions issues d’une époque révolue. D’année en année, l’abstention, la défiance et le dégoût envers le système politique ne cessent de progresser. Cette Constitution érige en vertu l’irresponsabilité devant le peuple, admis à voter sur les grandes orientations nationales une fois seulement tous les cinq ans. Elle installe un bipartisme qui enferme les choix du pays. Elle a permis la forfaiture du traité de Lisbonne en violation du « non » des Français au Traité constitutionnel européen de 2005 puis la ratification sans débat populaire du traité Merkozy contrairement aux engagements du candidat Hollande. Elle est le moyen d’imposer au pays des politiques d’austérité fauteuses de chômage et de pauvreté alors qu’elles sont insupportables au grand nombre et de plus en plus contestées au sein même de l’actuelle majorité parlementaire. Elle bloque tout changement qui pourrait mettre à bas la petite oligarchie en place et son ordre social conforme aux intérêts de la finance. Elle se dit garante d’un « pouvoir fort » mais ne fait rien face à la finance, face à l’Europe austéritaire, face aux délocalisations.

Pour instaurer une démocratie véritable, il est temps de fonder une nouvelle République. Pour en finir avec la domination des marchés financiers, nous avons besoin de la souveraineté du peuple, seule à même de viser l’intérêt général. Pour abolir les privilèges oligarchiques de notre temps, il nous faut une démocratie qui repose sur l’implication et la mobilisation des femmes et des hommes, la construction de nouveaux rapports de forces favorables aux travailleurs et aux citoyens. Il faut une Sixième République, décidée souverainement par toutes et tous, et l’élection d’une Assemblée constituante.

Parce que l’affaire Cahuzac n’est pas une crise passagère, les propositions du président de la République ne sont pas à la hauteur. Elles n’arrêteront pas la décomposition accélérée des institutions. Déjà la droite et l’extrême droite en profitent pour tenter de mettre en échec le mariage pour tous et faire reculer l’égalité. Une véritable refondation démocratique et sociale du pays à travers un processus constituant s’impose. Nous appelons donc toutes les forces de gauche, écologistes et du mouvement social favorables à ces objectifs, toutes les citoyennes et tous les citoyens attachés à l’égalité à marcher le 5 mai prochain contre la finance et l’austérité, pour la Sixième République.

Il est temps que le peuple s’en mêle !

Plus d'infos : http://www.marchepourla6eme.fr

Repost 0
Published by frontdegauchechoisy - dans Luttes
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 12:00

Tract-Rythme-Scolaire-2.jpgAlors que doit s’engager au printemps le débat parlementaire sur la refondation de l’école, le gouvernement vient de publier un décret modifiant les rythmes scolaires, applicable dès 2013. Au-delà de la méthode, le changement de rythme rencontre une opposition des syndicats enseignants, des associations de parents d’élèves, de nombreux élus locaux et jusqu’au conseil supérieur de l’éducation national.

Pour le PCF, cette réforme des rythmes scolaires engage le débat par le petit bout de la lorgnette et n’est pas une priorité pour lutter contre l’échec et les inégalités scolaires. Les propositions actuelles posent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent notamment en faisant craindre l’aggravation des inégalités territoriales et la municipalisation de certains enseignements.

Le PCF soutient la grève des enseignants du 12 février et  leur revendication d’abandon des mesures sur les rythmes scolaires et d’ouverture du nécessaire débat sur la refondation de l’école.

Sur Choisy-le-Roi, le PCF se prononce pour le repport de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014 et non 2013, pour permettre le temps du dialogue et de la concertation, pour préparer un temps scolaire de qualité pour tous les enfants .

La mobilisation de tous et de toutes permettra d’infléchir la politique gouvernementale. Engageons le débat pour repenser, vivifier et démocratiser l’ensemble des pratiques à l’école.

Repost 0
Published by PCF Choisy-le-Roi - dans Luttes
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:43

  « Le gouvernement doit permettre à la Fonction Publique et aux services publics de jouer tout leur rôle. Leur action est un puissant moyen pour lutter contre les inégalités et les injustices sociales. Ces enjeux nécessitent une intervention la plus large possible des personnel » déclarent les syndicats qui appellent à la grève pour le 31 janvier.

 

                Les communistes partagent résolument ce point de  vue et sont engagés aux côtés des salariés et des usagers pour défendre,  renforcer et élargir les services publics !

 

 

                Parce que notre programme,  avec le Front de gauche, c’est l’HUMAIN D’ABORD, nous affirmons qu’en effet la défense des services publics, la lutte pour leur développement et l’élargissement de leur domaine est une nécessité urgente face à la dégradation des conditions de vie des habitants des villes populaires comme Choisy.

 

                Le gouvernement doit rompre avec les logiques d’austérité mises en œuvre ces dix dernières années, il doit notamment supprimer la « révision générale des politiques publiques (RGPP) » engagée par la droite, qui avait pour seuls objectifs de supprimer des centaines de milliers de postes dans les services publics et de favoriser les privatisations.

 

 Il faut que s’engagent immédiatement des améliorations réelles 

ü  pour que l’école ait vraiment les moyens de lutter contre les inégalités sociales et scolaires

ü   pour garantir l’accès aux soins pour tous

ü   pour la qualité des services postaux, des aides à la recherche d’emploi, pour l’accès de tous et toutes à la culture et au sport, pour le droit au logement, à l’énergie et à l’eau.

ü   pour donner aux communes les moyens d’assurer leurs missions pour un service public alliant qualité et proximité.

Les services publics sont notre bien commun !

Fondés avec comme seuls principes l’égalité et la solidarité, ils sont plus que jamais nécessaires en temps de crise.

 

                Nous soutenons les revendications du 31 janvier, pour l’emploi (avec arrêt immédiat des suppressions de postes, créations d’emplois nouveaux partout où ils sont nécessaires), pour des salaires revalorisés (permettant des rémunérations correctes pour les agents et des recrutements de qualité nécessaires dans tous les services publics comme dans l’éducation, la santé, les collectivités territoriales qui assurent au quotidien des missions fondamentales : aide sociale, cantine scolaire, entretien de la voirie…).

                Ces revendications sont justes : c’est  l’intérêt général qui est en jeu.

                 Le service public est une valeur fondamentale de la gauche. Au service de tous les usagers,  il a déjà fait ses preuves par le passé et encore dernièrement lorsque par centaines les agents des services municipaux et départementaux se sont mobilisés pour déneiger les routes et les trottoirs.

                Les propositions économiques quavancent les communistes permettent un budget de lEtat à la hauteur des exigences quont portées les élections de 2012 pour les services publics.

 

            Il faut entendre les fonctionnaires, agents des services publics en lutte, plutôt que les cris effarouchés du MEDEF, «des pigeons» et des puissances de l’argent qui redoutent que les ressources financières soient cherchées du côté des possédants.

Repost 0
Published by PCF Choisy - dans Luttes
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 12:29

 

Patron1.jpgAvec l’aggravation du chômage et de la précarité, les coups portés par le patronat relayés durant 10 ans par le droite, les politiques d’austérité menées partout en Europe au nom de la compétitivité ne font qu’aggraver la situation des travailleurs et du pays. En fait, elles n’améliorent que la rentabilité du capital.

La majorité de gauche élue en 2012 doit s’attaquer à cela. En votant majoritairement François Hollande, une majorité de français a voté pour le changement. C’est devant eux qu’il faut rendre des comptes sans plus tarder et non devant les dictateurs du CAC 40 et de l’Europe libérale.

Il est possible et urgent de prendre des orientations en faveur du travail. C’est la clé de la richesse de toute nation. Les communistes mettent en débat dans cette situation des propositions qui inversent la logique actuelle de l’argent pour l’argent.

Il faut dès maintenant :

Interdire les licenciements boursiers et non casser le code du travail.
Réduire le coût du capital et non donner des cadeaux au patronat comme les 20 milliards
Sécuriser l’emploi et la formation et non instaurer la flexibilité voulue par le MEDEF
Augmenter le SMIC et les pensions
Revenir sur la rupture conventionnelle du contrat de travail (1ère cause de rupture du contrat de travail qui permet des licenciements déguisés)

Patron2Vous le voyez, ces quelques mesures simples et immédiatement applicables permettraient de :

Rompre avec l’austérité folle qui fragilise notre économie, détruit l’emploi, le savoir faire, et brise des vies.
D’inverser la logique qui consiste à dire que la croissance crée l’emploi alors que ce sont l’emploi, les salaires, les productions qui sont la croissance. Il s’agit donc d’avancer vers un nouveau développement de notre société ce que les communistes appellent le « dépassement du capitalisme ».
De changer nos vies pour pouvoir vivre, travailler et se former en sécurité.

Le vote du 6 mai n’a pas suffi. Il va falloir aller chercher le changement. A l’entreprise et partout sur le territoire, seules les mobilisations pour les salaires, l’emploi, la formation, la sécurité du travail peuvent inverser le rapport de force.

 

Les communistes participeront à la marche revendicative,

 

Le jeudi 17 janvier 2013-01-15

Aux côtés des syndicats CGT, Sud-Solidaires, FSU et CFTC
qui partira à 13 HEURES de l’entreprise ESSILOR

 

81 Boulevard Jean-Baptise Oudry à Créteil
(métro ligne 8 –station pointe du Lac)

 

Retrouvez l'évênement sur Facebook.

Repost 0
Published by PCF 94 - dans Luttes
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 15:54

Bernard Teper, co-animateur du Réseau Education Populaire, interroge Laurent Ziegelmeyer sur les licenciements boursiers et la situation des "Sanofi". Un entretien co-réalisé par Respublica et la Télé de Gauche.

Laurent Ziegelmeyer est salarié de Sanofi à Vitry sur Seine, mais également militant et élu PG au conseil municipal de Choisy-le-Roi où il est notamment en charge de la démocratie participative.

Repost 0
Published by PG de Choisy-le-Roi - dans Luttes
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 20:27


PostesVacantsChacun voudrait pour ses enfants une rentrée dans les meilleures conditions. Ce ne sera hélas pas le cas encore cette année.

Des classes surchargées, une trentaine d’élèves par classe en moyenne, c’est le premier constat. Les dizaines de milliers de postes supprimés par l’ancien gouvernement UMP, bien insuffisamment compensées par le millier de postes créés dans l’urgence en sont la cause. Les parents d’élèves et les enseignants, soutenus par la municipalité se sont fortement mobilisés en juin dernier pour demander l’ouverture de classes supplémentaires dans notre ville. Nous n’avons hélas pas été entendus par l’inspection d’académie et le ministère.

A cette situation déjà difficile, il faut ajouter de nombreux postes encore vacants au jour de la rentrée. Sur notre ville, ce sont 17 AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) et 4 enseignants remplaçants qui manquaient au jour de la rentrée ; avec des conséquences dommageables pour nos enfants.

  • Sans AVS pour les assister, ce sont des enfants handicapés qui soit ne peuvent effectuer leur rentrée, soit le font dans des conditions dégradées pour eux et pour leurs camarades. Seul dans sa classe, un enseignant ne peut correctement s’occuper à la fois d’un enfant handicapé et des 29 autres enfants de la classe.
  • Sans enseignant pour les remplacer les jours de leur décharge de direction, comment feront les directeurs et directrices des écoles ? Devront-ils envoyer les enfants dans d’autres classes ? A déjà 30 élèves par classe, c’est impossible ? Peuvent-ils s’abstenir des tâches administratives de l’école en cette période de rentrée? Bien sûr que non !

 D’après l’inspecteur d’académie, ces postes seraient en cours de recrutement, certains seraient pourvus. Les autres le seront plus tard, nous dit-on. Mais quand ? On ne peut se satisfaire d’une telle réponse. Il n’est pas acceptable que l’ensemble des postes ne soient pas pourvus dès la rentrée.

 Le Maire de Choisy le Roi s’est adressé le 11/09/2012 à l’Inspecteur d’Académie pour dénoncer cette situation inadmissible.

 Comme nous avons soutenu la mobilisation des enseignants et des parents d’élève à la fin de l’année dernière, les élus communistes et partenaires soutiennent les demandes des syndicats d’enseignants et d’associations de parents d’élèves pour que l’ensemble des postes d’AVS, d’enseignants remplaçants et d’Assistants de Direction soient pourvus, pour que de nouvelles classes soient ouvertes.

Repost 0
Published by Groupe des élus communistes et partenaire - dans Luttes
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 12:00

http://www.bonaberi.com/images/rubriques/20/6808.jpgSur la période 2009-2011, ce sont plus de 4000 emplois que le groupe sanofi a détruit en France, avec sur la même période un bénéfice de plus de 26 milliards d’euros. Entre 2005 et 2011, ce groupe a réalisé plus de 53 milliards de bénéfices.

 Ce n’est visiblement pas encore assez, puisque le 4 juillet dernier, un nouveau plan est annoncé aux organisations syndicales touchant la recherche, la production de vaccins et les fonctions supports. Le nombre de postes supprimés n’est pas encore annoncé. Mais la direction se désengage du site de recherche de Toulouse, affaiblit considérablement celui de Montpellier, avec comme conséquence inévitable des répercussions et  une fragilisation des sites parisiens de Vitry/Alfortville et Chilly-Mazarin.

 Malgré tous ces plans, cette direction continue à bénéficier largement du crédit impôt recherche, qui finance de fait au moins un emploi sur 10 en recherche en France dans ce groupe.

 Dans le même temps, cette direction maintient son plan financier qui prévoit d’ici 2014 de faire passer le dividende des actionnaires de 30 à 50% du résultat net.

 Nous assistons à une véritable destruction d’un outil de recherche et de production pharmaceutique, stratégique pour le pays. Ce sont des décisions mauvaises pour l’emploi, et pour les malades qui en France comme dans le Monde ont besoin d’être soignés.

 Localement cette destruction du centre de production et l’affaiblissement du centre de recherche de Vitry/Alfortville handicapent  la nécessaire revitalisation du bassin d’emploi déjà cruellement touché par la désindustrialisation, handicape également l’OIN Seine-Amont et le projet Grandes Ardoines, le projet de pépinière d'entreprises notamment dans le domaine des biotechnologique devait s’adosser notamment à Sanofi.

En conséquence, le bureau municipal de Choisy le Roi :

Soutient la lutte des salariés de sanofipour le maintien et le développement des emplois, des activités, des sites

Soutient les municipalités de Toulouse et Montpellier face à ces annonces

Demande à la direction d’annuler ce nouveau plan

Souhaite étudier précisément avec l’ensemble des acteurs les conséquences actuelles et futures des restructurations de sanofi sur l’OIN Seine Amont

Demande au gouvernement de reconsidérer les aides publiques dont bénéficie ce groupe au regard de sa politique de casse de l’emploi et de désindustrialisation, et au parlement de lancer une commission d’enquête à ce sujet.

Demande au gouvernement d’organiser dans l’urgence une table ronde réunissant tous les acteurs sur l’avenir de sanofi en France

Demande au gouvernement de faire voter une loi interdisant les licenciements boursiers

Demande au gouvernement et au parlement d’ouvrir un débat sur la nécessité de créer un pôle public du médicament en France

Repost 0
Published by Groupe des élus communistes et partenaire - dans Luttes
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 19:09

LutteEcoleHenryWallonEn fin d'année dernière, les parents d'élèves et les enseignants, soutenus par la mairie manifestaient pour demander des ouvertures de classes supplémentaires, sans succès ; avec pour conséquence des classes surchargées, aux environs de 30 enfants en  classe de maternelle et de primaire.

A la rentrée, on constate qu'en plus de ces conditions déjà difficile, de nombreux autres postes viennent à manquer, AVS ( Auxiliaire de Vie Scolaire ), Assistante de Direction pouvant remplacer la Directrice auprès des enfants lorsqu'elle s'occupe de ses tâches de direction.

La municipalité, dans l'intérêt de nos enfants, a écrit à l'Inspecteur d'Académie, afin de lui demander de pourvoir au plus vite aux besoins en personnels dans nos écoles.

"Monsieur l'Inspecteur,

Je souhaite attirer votre attention sur l'urgence de la nomination d'AVS dans nos écoles.

J'ai constaté, en effet, le jour de la rentrée, l'absence de ces personnels (plus de 15) dans de nombreuses écoles mettant en péril l'intégration d'élèves dans des class es banales.

Par ailleurs, de nombreux Assistants de Directions n'avaient pas été nommés à la rentrée, période où leur présence est indispensable.

Je souhaite qu'à l'avenir ces catégories de personnels puissent être présentes dans les écoles dès le premier jour de la rentrée scolaire afin que celle-ci se déroule dans les meilleurs conditions au bénéfice des enfants.

Veuillez agréer, Monsieur l'Inspecteur, mes salutations les meilleurs."

Repost 0
Published by Gérard Chambon, conseiller municipal délégué à la culture - dans Luttes
commenter cet article