Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 20:52

http://www.groupefdg94.fr/sites/default/files/roms_1.jpgCes dernières semaines ici et là, les forces de l’ordre ont procédé à de nouveaux démantèlements de camps « Roms ».

Sur le long terme et de l’avis même des associations présentes en ce domaine, cette méthode a largement démontrée son inefficacité. Elle aggrave et ruine les efforts d’accompagnement engagés par elles-mêmes et certaines collectivités.

Elle est sans effet face à un phénomène migratoire singulier dont l’origine est liée à l’extension de l’Union Européenne et aux conditions transitoires appliquées à de nouveaux Etats membres, dont les populations sont dépourvues d’une égalité de droits avec les autres citoyens européens.

Dans ce contexte particulier, des familles Roms par centaines, fuient des conditions de vie difficiles et discriminatoires dans leur pays d’origine.

Plutôt que de discourir le Conseil général a pris des dispositions en relation avec le mouvement associatif pour assurer un suivi sanitaire des familles, particulièrement des femmes enceintes et des nourrissons, favoriser l’intégration scolaire, construire de premières expériences d’intégration par le logement et le travail comme à Saint-Maur, Choisy, Orly.

La publication de la circulaire interministérielle sur l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites n’est pas une réponse suffisante si elle devait se limiter à cet objet.

Aux expulsions succède la reconstitution de nouveaux lieux d’hébergement plus précaires, avec des occupants plus déstabilisés, des enfants moins scolarisés, des situations sanitaires plus alarmantes.

La priorité est de procéder à un moratoire des démantèlements des camps, afin de préparer des solutions alternatives pérennes dans l’intérêt des populations Roms et de tous ceux qui résident à proximité des lieux de relégation.

L’urgence est à la mise en œuvre de solutions concertées au niveau local, national et communautaire pour maîtriser ce phénomène migratoire dès les pays d’origine, intégrer et stabiliser les familles présentent dans notre pays. L’octroi d’une égalité de droit sera un facteur décisif pour soustraire ces familles à l’emprise de réseaux qui les exploitent.

C’est dans un état d’esprit constructif que je rencontrerai demain le Préfet du Val-de-Marne pour lui faire part de ces observations, examiner qu’elles sont les nouvelles propositions du Gouvernement sur ce dossier et lui demander de convoquer une table ronde départementale et régionale réunissant les collectivités locales, les élus nationaux et les associations.

En cette période de rentrée, les Val-de-Marnais attendent des pouvoirs publics et du Gouvernement des initiatives fortes dans le domaine de l’emploi, du pouvoir d’achat, du bon fonctionnement des services publics d’éducation, de santé, de justice ou de police.

Ils ne comprendraient pas qu’après une séquence électorale marquée par l’éviction de Sarkozy et de politiques entièrement dévolues à satisfaire les plus fortunés de nos concitoyens, de nouvelles orientations ne soient pas mises en œuvre et que les feux de l’actualité restent focalisés sur des sujets éloignés de leurs préoccupations quotidiennes.

Repost 0
Published by Groupe Front de Gauche au CG94 - dans Conseil Général
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 16:11

http://www.groupefdg94.fr/sites/default/files/DSC_0065-a4641.jpg


Depuis plusieurs années, et notamment depuis la loi Fillon de 2005, les attaques contre l’école maternelle et primaire, le collège, le lycée et les universités, contre les enseignants et les postes, ont été nombreuses et récurrentes.

Remise en cause de la scolarité des 2-3 ans avec la mise en place de jardins d’éveil à la charge des collectivités et des contribuables ; réduction drastique des subventions aux associations d’éducation populaire et aux mouvements d’éducation nouvelle ; Criminalisation du traitement de la violence à l’école et plus généralement de la jeunesse ; réduction de l’éducation prioritaire à un repérage des « élèves à risque » ; fichage des élèves et dénaturation de la statistique scolaire ; sabordage de la formation des enseignants ; renforcement de l’autonomie et de la concurrence des établissements scolaires sur le modèle du management néo-libéral ; dérégulation de la carte scolaire, privilèges et préférences donnés à l'enseignement privé ; attaques contre le savoir et la pédagogie, suppressions de postes, développement de la précarité …

Tout au long de ces années, et en soutien à la communauté éducative qui s’indignait à juste titre de la casse organisée du service public d’éducation, notre groupe n’a eu de cesse de dénoncer les unes après les autres les politiques de droite tout en exigeant du gouvernement qu’il replace l’école publique au cœur des enjeux sociaux et la dote des moyens nécessaires à la réussite de tous.

Aujourd’hui que la majorité présidentielle est passée à gauche et qu’elle laisse espérer un changement réel pour notre peuple, c’est avec satisfaction que nous prenons acte de l’annonce dès la rentrée prochaine de la création de 1000 postes dont 80 attribués à l’Académie de Créteil pour le premier degré. De même, nous approuvons la nécessité formulée par le Ministre de l’Education de réformer les rythmes scolaires au bénéfice des enfants et des jeunes.

Mais le compte n’y est pas. 
Les décisions de fermetures pour le premier degré à la rentrée 2012 sont toujours opérantes, en particulier dans le Val-de-Marne où la situation est déjà particulièrement dégradée. Ce ne sont pas moins de 126 suppressions de classes et de postes annoncées pour le premier degré. Les lycées professionnels et les collèges les plus en difficultés, ne sont pas non plus épargnés par la baisse des moyens d’enseignement.

Les besoins éducatifs et pédagogiques sont loin d’être assurés, le nombre de postes Rased est insuffisant, ainsi que pour le soutien en lecture et en langue. Il faut des médecins et du personnel de santé scolaire. L’Education Nationale manque cruellement des moyens permettant d’assurer l’accompagnement de qualité des élèves en situation de handicap… L’école publique est toujours et encore l’otage des politiques d’austérité.

Nous considérons au contraire que l’heure est venue de passer à la construction d’un projet éducatif qui soit à la hauteur de la situation et qui affirme la capacité de tous les élèves à apprendre.

C’est pourquoi nous continuerons à nous battre au côté de la communauté éducative soucieuse du devenir de l’école de l’égalité. C’est à dire une école humaniste et progressiste, laïque, indépendante des logiques de marché et de l’utilitarisme économique. Une école qui renoue avec la culture, la connaissance et les idéaux collectifs… qui permette à tous les élèves, scolarisés de 3 à 18 ans, d’acquérir une culture commune, une qualification reconnue et de s’émanciper, où pas un jeune ne sort sans une qualification car elle affirme la capacité de tous les élèves à apprendre.

Cela passe par l’adoption dès l’automne d’un collectif budgétaire permettant de définir un plan pluriannuel de recrutement et de formation des enseignants et par l’association systématique de l’équipe éducative, des jeunes, des parents ainsi que des élus locaux dans la construction d’un projet éducatif permettant de lutter contre les inégalités sur tout le territoire en offrant à chaque jeune les moyens de son émancipation et de son accomplissement dans la société de demain.

Repost 0
Published by Groupe FdG au CG - dans Conseil Général
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 16:10

Parmi les réformes contestées de l’ère Sarkozy, il y a celles qui vont s’appliquer dans l’Education à la rentrée 2012/2013. En effet, avec près de 600 postes supprimés en Val-de-Marne, la qualité de l’enseignement va être mise à mal. Dans le primaire, le plus scandaleux, c’est que la moitié des suppressions sont des postes d'enseignants dans les réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté, essentiels dans la lutte contre l'échec scolaire.

Dans les lycées, pour prendre l’exemple de Romain Rolland, où en janvier il y a eu de fortes mobilisations, c’est 5% de moins d’heures d’enseignement, la perte de 20 heures d’assistants
d’éducation et de 53 heures d’assistants pédagogiques. Autrement dit, c’est la dégradation des conditions d’étude des élèves. Mais, s’il y a urgence à arrêter cette hémorragie de postes, nous devons prendre conscience que l’éducation est avant tout un enjeu de société qui ne peut se régler par des effets d’annonce. Aujourd’hui, l’école de la République ne remplit plus son rôle égalitaire. Notre système éducatif ne contribue pas à endiguer les inégalités, pire il les aggrave, voire contribue à les créer.

Ce qui a transformé l’école, ce sont des politiques qui instillent dans l’éducation la norme de la
concurrence généralisée et qui mettent en place des institutions ressemblant de plus en plus à des entreprises.

Repenser en même temps notre projet d’école et notre projet de société, voilà ce à quoi nous sommes appelés aujourd’hui.

Repost 0
Published by Groupe FdG au CG - dans Conseil Général
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 16:07

Le contexte national est particulièrement difficile pour les familles, avec une droite qui poursuit la mise en oeuvre de ses réformes attaquant l’ensemble des services publics, mettant à mal les collectivités locales en réduisant de manière constante leurs moyens.

 

Les enjeux pour notre ville canton sont importants. Nous devons ensemble poursuivre le travail, de défense et de développement de notre politique départementale.
Une politique offensive, qui est celle du choix de l’humain et non de la finance, pour plus de solidarité, d’égalité et de dignité.

Candidat en mars dernier à la succession de mon ami Daniel DAVISSE comme Conseiller général, je vous informais de ma volonté, si j’étais élu, d’être dans l’action pour et avec vous. C’était pour moi l’engagement d’être présent sur notre ville-canton et de vous représenter au sein du
Conseil général.

Cette démarche demande d’accepter de rendre compte de mon action, c’est l’objectif de ce journal.

Vous le comprendrez à la lecture de ce bilan annuel, mes actions sont et resteront dans l’innovation, dans la résistance aux mauvais coups portés par le gouvernement de droite qui affectent le Val-de-Marne, dans la défense des services publics départementaux et dans le
développement des politiques publiques utiles pour les Choisyens et les Val-de-Marnais.

Vous pouvez compter sur ma détermination à faire avancer les projets qui concernent notre canton.

Repost 0
Published by Didier Guillaume, conseiller général du canton - dans Conseil Général
commenter cet article