Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 21:02


droit-de-vote-des-etrangers.jpgLa participation à la vie de la cité peut prendre différentes formes ; pour certain se sera s’engager dans un parti politique, un syndicat, être dans un groupe organisé qui rassemble des citoyens unis par une philosophie ou une idéologie commune. Pour d’autre participer activement à une association, au conseil de quartier, à l’amicale de locataires, s’impliquer au travers d’actions collectives, avoir le droit de vote ou celui d’être élu. Les étrangers se sont progressivement vu reconnaître le droit de vote aux élections non politiques.

Mais, alors que 17 pays de l’Union européenne (UE) ont accordé aux étrangers le droit de vote aux élections locales, en France, les immigrés qui n’ont pas la nationalité -lien juridique donnant à un individu la qualité de citoyen d’un Etat- française restent exclus du droit de vote aux élections politiques.

Pourtant, depuis trente ans, le débat sur le droit de vote des étrangers aux élections locales revient périodiquement sur le devant de la scène : c’était une proposition du candidat François Mitterrand en 1981, c’est un engagement du candidat François Hollande en 2012. Entre ces deux dates, le tristement célèbre Traité de Maastricht (1992) a accordé le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales pour les ressortissants de l’UE, créant une nouvelle : la citoyenneté européenne.

Aujourd’hui il faut Garantir l’égalité de droits entre les citoyens européens et les étrangers non communautaires. Une Espagnole, un Belge, un Hollandais en France depuis six mois, ont le droit de vote aux élections locale alors qu'un Marocain, un couple d’Indonésiens, ou une Chilienne en France depuis vingt ans n'ont pas le droit de participer au choix des élus municipaux. Lorsqu'une personne est en France, en situation administrative légale, qu'elle paye ses impôts locaux, elle devrai avoir le droit d’émettre une opinion sur la collectivité locale à laquelle elle appartient !.

Le droit de vote aux élections locales est un facteur d’intégration. La cohésion sociale ne se décrète pas mais se construit, c’est pourquoi je crois fortement que le droit de vote participerait a éviter le repli communautariste d'étrangers cantonnés à un statut de citoyens de "seconde zone".

Le droit à la parole politique est aussi importante que le droit à la santé ou à l'éducation, nous le savons le suffrage universel a été une longue conquête dans l’histoire de la République, il faut créer l’histoire et permettre rapidement a tous les citoyens la participation démocratique".

Nous sommes favorable à l'évolution d'une citoyenneté attachée à la résidence et non pas seulement à la nationalité. Aujourd'hui, les résidents étrangers doivent être considérés comme des citoyens à part entière : Alors des 2014 donnons le droit de votes aux étrangers pour les élections locales !!!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier Guillaume, conseiller général - dans Conseil Municipal
commenter cet article

commentaires